Cécile Speich est l’une des deux associées-gérantes de PlotFox, une jeune agence de communication. Si elle a choisi de faire du Bac A Sable sa tanière, ce n’est pas seulement parce que le working café partage la robe orangée du petit animal futé qui a donné son nom à sa société.

« PlotFox est né dans un espace de coworking. »

Cécile revient pour nous sur la genèse de son entreprise. Elle raconte : « C’est Charlotte, mon associée, qui a lancé PlotFox sur une base très audiovisuelle en 2015. Elle travaillait souvent au NUMA, à Paris, pour être dans un environnement stimulant. J’étais conceptrice-rédactrice freelance, à l’époque. On s’est dit qu’à deux on pouvait mutualiser nos forces et travailler en synergie. PlotFox aura bientôt trois ans. Aujourd’hui, on travaille beaucoup sur des offres combinées, sur de l’audiovisuel et de l’éditorial, que ce soit du print ou du digital. »

Pourquoi avoir choisi le Bac A Sable comme repaire ?

« Charlotte, mon associée, est à Paris. On est sur deux zones géographiques. Avant, je travaillais beaucoup chez moi, se souvient Cécile. C’était très solitaire et l’esprit d’équipe me manquait. Pour changer, je venais régulièrement au Bac A Sable. J’adore cet endroit parce qu’on n’a pas l’impression d’être dans un open space impersonnel, mais ça reste calme, on peut bosser en toute tranquillité. C’est sympa parce qu’on mange avec des gens qu’on apprend à connaître, c’est convivial, on se sent un peu comme chez soi. »

Portrait de coworker : Eric Moreau, traducteur, mène l’enquête

Les avantages du working café

« Travailler dans un espace comme celui-ci comporte un réel intérêt professionnel, nous confie Cécile. Il y a plein de freelances, donc l’opportunité de trouver des personnes avec qui bosser sur des partenariats, des contrats mais aussi partager de connaissances. »

Portrait de coworker : Mais qui se cache derrière UberEATS ?

Cécile, la cheffe d’orchestre

Lorsqu’on lui demande ce qu’elle apprécie le plus dans son poste de direction, Cécile répond dans un rire : « Je suis un peu la femme orchestre. Je fais de la gestion, de la relation client, le démarchage commercial, la prospection et je suis cheffe de projet. Ce qui me plait, c’est ce côté gestion des plannings, gestion des équipes, organisation… Ce que j’aime vraiment, c’est la gestion humaine. Je suis passée par différentes entreprises et c’est cette polyvalence qui me permet aujourd’hui de travailler aussi bien avec des grosses boîtes comme Capgemini à Paris qu’avec des startup bordelaises. »

Le projet le plus cool sur lequel tu as travaillé récemment ?

« C’était un projet avec l’association Recyvalor. Ils se sont engagés à intervenir partout sur le territoire pour retirer des stocks de pneus qui pullulaient dans la nature. Ils ont géré ça en dix ans. Plein d’acteurs ont travaillé ensemble et j’aime vraiment ce côté synergie. C’était hyper intéressant parce que ça touchait à l’écologie et qu’on a fait un accompagnement à 360°. On a refait leur site web, réalisé une vidéo motion design pour expliquer leur démarque, et un petit livre pour faire le bilan de l’aventure. On les a aussi accompagnés dans le cadre de leur cérémonie de clôture en produisant un aftermovie de l’événement. »

« Une vision très humaine de la communication »

Cécile nous explique ce qui fait la particularité de PlotFox : « Charlotte et moi avons une vision différente de ce qu’on peut trouver dans beaucoup d’agences. En fonction des besoins de chaque client, on constitue une équipe projet grâce à notre réseau de freelances. On a une vision très humaine de la communication, on aime bien co-créer avec nos clients tous les contenus qu’on produit pour eux. »

Portrait de coworkers : Audrey Leclère et Maud Rabau apprennent le numérique aux enfants